Australie : 172 requins capturés pour un programme controversé

Sur les 172 requins capturés, 50 ont été tués. Le requin blanc est une espèce menacée de disparition. L’Australie vient de franchir une nouvelle étape dans sa bataille engagée contre les requins. Plus de 170 requins ont été capturés, dont 50 tués, dans le cadre d’un programme controversé dans l’ouest de l’Australie, introduit en janvier après plusieurs attaques mortelles contre des humains, selon les chiffres officiels publiés mercredi.

requin

Le requin blanc menacé de disparition. Le programme avait été validé par les autorités locales pour les plages de la côte occidentale, après six attaques mortelles en deux ans dans les eaux australiennes. Les protecteurs de la nature ont protesté contre cette mesure, estimant que le programme va à l’encontre de la réglementation qui interdit la pêche du requin blanc, menacé de disparition. Les autorités ont de leur côté répliqué qu’il s’agissait de protéger les baigneurs.

Les plus grands ont été tués

Des lignes avec des appâts ont été installées à un km au large des plages les plus fréquentées de l’Etat d’Australie occidentale, pour une période d’essai, du 25 janvier au 30 avril. Conséquence, 172 requins ont été capturés, et les plus grands [d’une longueur supérieure à 4,5 mètres] ont été tués. Quelque 90 squales ont été bagués puis relâchés.

Un » succès »

Le ministre de la Pêche de l’Etat d’Australie occidentale a qualifié cette politique de succès, estimant qu’elle avait restauré la confiance des baigneurs. « Notre politique très ciblée visait les espèces les plus dangereuses dans nos eaux : les requins blancs, les requins-tigres et les requins-bouledogues », a-t-il dit. « Nous ne saurons jamais si les requins capturés auraient attaqué une personne, mais notre gouvernement accordera toujours plus de valeur à la vie humaine ». Le gouvernement de l’Etat à demandé au gouvernement fédéral l’autorisation de poursuivre ce programme pendant trois ans. L’opposition travailliste affirme cependant qu’aucune étude scientifique n’a prouvé l’efficacité de ce nouveau programme. « Rien n’a été fourni » pour corroborer scientifiquement l’impression du gouvernement d’Australie occidentale que les plages sont plus sûres, a déclaré à la radio ABC Dave Kelly, porte-parole des travaillistes pour la pêche.